L'homme
Introduction
Le sens ...
Révélation de Dieu?
Paradoxe essentiel
L'homme
Le Messie
Etre chrétien
La fin d'un monde

CHAPITRE IV : L'HOMME

Le Big-bang est ce néologisme un peu barbare qui tente de décrire l'explosion initiale, à l'origine de notre univers matériel et de son espace-temps. La science humaine est bien en peine de savoir ce qui se passait avant le Big-bang. En ce qui me concerne, il signifie le début de la matière organisée telle que je la connais ; et dans la suite logique de ma réflexion, j'y vois la création du monde matériel par Dieu mais, plus encore, le début d'un nouveau " mode d'existence " pour la Personne infinie !
Dans quel but ? Je n'en sais rien ! Cependant, dans la continuation de ma recherche rationnelle, j'y vois la possibilité d'instaurer une manière de frein, un  " ralentisseur " à l'éblouissement spirituel de sa révélation à de nouvelles créatures ! Instruit par sa première expérience partiellement malheureuse, Dieu aura voulu guider sa nouvelle génération dans la reconnaissance du don d'Amour qu'Il lui offrait, afin d'éviter la répétition du choix malheureux du refus !

Selon cette optique, la Terre était aussi bonne et belle à habiter pour l'homme qu'elle Lui était agréable : ce jardin d'Eden où " Il se promenait... au souffle du jour   " (Gn 3 ; 8).
Le premier couple humain (ou la toute première population symboliquement ou non désignée par les noms d'Adam et Eve) était institué maître et gérant de ce paradis terrestre, dans le respect de son cycle vital et sous sa protection ! Guidés par le Créateur et avec son aide, ils pourraient ainsi y comprendre et apprécier le merveilleux don de partage qu'ils recevaient ! Ressortissant totalement au règne animal, ils bénéficieraient, comme leur postérité, de l'anomalie du Sens, cette " rupture de normalité " déjà citée mais non encore expliquée !

Alors voilà, il s'agit selon moi d'un LIEN DE CORRESPONDANCE inédit, octroyé par Dieu à l'homme, de telle sorte qu'en écho de sa propre pensée, se constitue son PATRIMOINE SPIRITUEL (ou âme) avec lequel il vivra en symbiose non apparente et qu'il continuera d'étendre et de faire progresser au gré de son assiduité à en répéter librement et volontairement le processus ! Bien qu'à première vue extraordinaire, cette " liaison " n'a rien de contradictoire, mais ressortit au pouvoir de " Celui qui est ", spirituellement, et matériellement à présent, dès lors qu'Il entend instaurer ainsi une PASSERELLE entre ses deux modes d'être !
Il en va comme d'une attention spirituelle permanente, d'origine divine, relayée ou non, destinée à chaque être humain dès sa naissance, et ainsi conçue qu'en réponse à sa sollicitation, elle prenne dans l'espace de sens, des valeurs correspondant à la formulation des pensées conscientes de son auteur. Un processus réciproque commence alors, qui peut conduire vers une toujours plus grande connaissance de Dieu ; et cela, tant ponctuellement que globalement, en vertu de la réunion logique d'ensembles spirituels croissant en dimension et en signification !    Revenant à la génération humaine, celle-ci doit, dans le Plan divin, bénéficier également de l'adhésion libre, à l'instar de la précédente, et quand bien même la brèche du NON ait été ouverte ! Le choix de ratification s'impose donc puisque, personne limitée au départ de son existence, l'homme est invité à conjuguer infiniment dans l'Amour, l'espace de sens qui lui est ouvert, ainsi qu'à sa descendance !
Pour l'y préparer et éviter la tragique erreur du refus, outre le  ralentisseur  de la matière, il s'impose donc à Dieu de le protéger de la tentation néfaste, sans que ceci puisse signifier une absence de liberté ! C'est l'origine et l'explication de l'allégorie de " l'arbre de la connaissance du bonheur et du malheur " (Gn 2 ; 17).

L'Ange déchu, le Démon est aussi nommé " le Contradicteur " ou "l'Accusateur " par le rôle qu'il va jouer en regard de la venue de l'homme qu'il déteste, par jalousie vraisemblablement, parce qu'il fait l'objet de la nouvelle attention amoureuse du Créateur et que lui s'est retrouvé vaincu et confiné, volontairement séparé de cet amour ! Il a beau être fier; cela lui fait mal ! Dans le cadre de la protection voulue par Dieu à l'essor de l'homme, il va objecter à la logique divine, le traitement préférentiel qui est accordé à celui-ci ; dont la prétendue liberté ne serait qu'un simulacre si elle n'était traduite par un acte volontaire d'obéissance, de respect ou d'adhésion ! Avec le droit d'en vérifier par lui-même la fermeté !

L'arbre de la connaissance symbolisera et concrétisera donc pour nos lointains parents et leur descendance, la seule interdiction protectrice, imaginée par Dieu et facile à respecter, de nature à déjouer le piège du Tentateur ! En s'y conformant, ils posent l'acte (ou l'absence d'acte) garantissant à la fois leur protection et leur liberté ; en y succombant, ils deviennent la cible du Malin qui ne se gênera pas pour les influencer et s'ingéniera à les pousser au mal de façon à CONTOURNER LA LIMITATION DE PROGRESSION qui lui a été imposée.

En vertu de l'apparentement des sens dans l'espace spirituel, il lui sera effectivement possible de continuer à croître par les pensées méchantes de l'homme !

C'est l'histoire du " Péché originel " qui va affecter comme une tare toute la génération humaine sauf exception ! Séduits par le Serpent, Adam et Eve sont chassés du Paradis et nos misères et tragédies commencent              (cf. Gn 3 ; 22).    En corollaire compréhensible, la mort reprend ses droits alors qu'il est permis de penser qu'avant le péché, l'homme bénéficiait d'une croissance naturelle, stabilisée indéfiniment dans une apparence physique optimale ... !
Il convenait en effet à Dieu de mettre temporairement un terme à l'existence physique de l'homme individuellement, afin de ne pas prolonger l'influence maligne. C'est dans ce même contexte que " la précipitation du Diable sur terre " prend son sens ; parce qu'il profitera ainsi du mal qu'il attisera en l'homme ou dont il sera la cause, pour ETENDRE L'ESPACE DU REFUS DE L'AMOUR DIVIN !

Le péché survenu, le monde a perdu son innocence ! Adam doit travailler pour nourrir les siens et Eve enfante dans la douleur ! C'est sans doute une sanction résultant de la suppression d'un savoir non acquis ! Cependant Yahvé n'abandonne pas ses nouvelles créatures ; Il continue à leur parler et à les aider autant qu'encore possible, puisqu'à présent Il n'est plus seul dans la partie et que son Opposant va rivaliser de puissance avec lui sur cette planète conçue pour l'homme !

La suite de l'histoire humaine est pleine de péripéties quasi incroyables !      La Genèse nous en relate plusieurs. Je crois qu'il importe d'en retenir le sens profond, sans pour autant décider que tous les faits sont inexacts !
Il y a en premier lieu celle des Géants (cf. Gn 6 ; 4). Pour les transcripteurs de la Bible, le fruit de leur alliance (avec des filles d'homme) est mauvais ;     c'est alors le Déluge, la catastrophe pour l'humanité qui est tout simplement noyée, sauf Noé et les siens, de même qu'un couple par espèce animale existante.
La conclusion que l'on peut en tirer est que l'homme a dépassé les bornes de la patience divine ! Il recommence avec la fameuse " Tour de Babel " : les survivants au Déluge ne sont qu'un peuple et ne parlent qu'une langue ; ils construisent une grande cité atteignant le ciel ! Le Seigneur alors descend et brouille leur langue (cf. Gn 11 ; 7). L'explication est à chercher dans la motivation des constructeurs de la Tour ; il semble qu'ils se soient rendus coupables d'orgueil en voulant " se faire un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre " (Gn 11 ; 4) ! C'est une métaphore ;   il faut en retenir que par leurs actes, les hommes contrecarrent à nouveau le plan de Dieu, à qui il suffit cette fois de brouiller leur langue !

Conscient de la fragilité de sa nouvelle génération de sens et des influences néfastes qu'elle subit, Yahvé décide de concentrer une attention privilégiée sur un peuple qu'Il choisit : Israël, avec lequel Il conclura une Alliance dans l'espoir qu'il l'aimera, l'écoutera et lui restera fidèle, malgré tout ce que l'Adversaire tentera pour l'en dissuader ! L'histoire d'Abraham choisi pour devenir " le père d'une multitude de nations " (Gn 17 ; 4), commence !

Tout ceci invite à la réflexion ! Si Dieu est Perfection et Amour, Il doit aussi être Sagesse ; en conséquence, Il doit pouvoir se douter que son espoir puisse être déçu ! J'admets qu'Il ait pu être surpris par l'invention du Non ; mais ensuite, c'est à plusieurs reprises que les choses ne tournent pas comme Il l'espère ! Pour me l'expliquer, je découvre un autre trait du Créateur : la préférence de son erreur éventuelle à la véracité de sa prévision !
Si le futur n'existe pas puisqu'il est " à venir ", Dieu doit toutefois en avoir une prescience proche de l'évidence. Il peut en effet prévoir avec une quasi-certitude la suite des événements, compte tenu de l'activité démoniaque et de sa propre intervention correctrice mais respectueuse de notre liberté ; et ce n'est pas parce que la probabilité de l'échec dans l'histoire du partage du sens est grande et répétitive qu'elle signifie de sa part un défaut de prévoyance ! Il reste toujours un espoir et une possibilité que la prévision négative ne se vérifie pas ; et s'il en va ainsi, Dieu ne peut que se réjouir de l'inexactitude de sa prévision ! L'aventure humaine, pour tragique qu'elle s'avère trop souvent, peut dès lors se comprendre en une succession d'espoirs déçus et de craintes vérifiées dans le chef de son Concepteur !
Malgré tout, de palier en palier, d'insuccès en insuccès, la progression se poursuit jusqu'à ce POINT CULMINANT DE LA REDEMPTION par le Christ qui va renverser complètement la donne de l'Histoire sans y mettre prématurément fin !

D'Abraham je passe donc à Jésus directement, eu égard à mon souci de concision. Il est certain qu'il y a entre eux toute l'épopée de l'Ancien Testament qui témoigne des efforts de Yahvé pour guider son peuple, dialoguer avec lui et lui annoncer par les prophètes la venue de l'Envoyé, Parole de Dieu adressée aux hommes, incarnée en Jésus-Christ, Fils de Dieu et Fils de l'Homme !

 

 

 

Léopold Coeur
22 mai 2010