Introduction
Introduction
Le sens ...
 

INTRODUCTION

 
Cet ouvrage est la synthèse de mon essai de spiritualité chrétienne :
" Et le Verbe s'est fait chair ?...! " édité en dernier lieu par la SDE (Société des Ecrivains) de Paris, dont les exemplaires, non vendus ou cédés, sont encore en ma possession. (Tant que disponibles, ils peuvent être acquis sur simple demande par courriel). 
Tout en voulant  résumer l'essentiel de l'essai, il le complète par une importante réflexion, justifiant son nouvel intitulé. J'indique en MAJUSCULES (ou en caractères gras) les considérations que je tiens pour capitales ou dont je présume le caractère original et inédit ; de même et " entre guillemets ", les citations,  les mots et les expressions inusités ou s'écartant de leur signification originale !
L'illustration en page d'accueil est une peinture à l'huile de l'artiste Joseph Colard ; elle s'intitule " Exode " et convient donc au titre :
Exode ou Renouveau -  Réflexions de foi d'un libre penseur téméraire (parce que je ne dispose d'aucune habilitation théologique ou philosophique).
Cette synthèse pose effectivement la question de savoir si l'humanité n'est pas à la veille d'une orientation cruciale pour son avenir :
L'EXODE, c'est à dire, la fin de son temps sur Terre ou
LE RENOUVEAU, soit la poursuite consciente et acceptée de sa progression vers Dieu, son Créateur ?
Le titre s'explique par une différence de perception du Temps, dans deux passages de l'Evangile :
- celui de l'envoi par Jésus-Christ, de l'Esprit de Vérité à ses apôtres ;
- et celui de la survenance du Jugement Dernier (Mc 13 ; 26).
 
Dans la première référence, ce temps est défini par Jésus comme étant fonction de la capacité des apôtres (et donc de leurs successeurs dans l'Eglise) à comprendre ce qu'il a encore à leur dire : "J'ai encore bien des choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter maintenant. Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité totale, car il ne parlera pas de son propre chef ; il dira ce qu'il aura entendu et vous annoncera l'avenir... (Jn 16 ; 12, 13) ".
On peut en effet retirer de ce passage que la venue de l'Esprit de Vérité (le Paraclet selon St Jean) est en premier lieu annoncée par le Christ aux apôtres, lorsqu'il les aura quittés, afin de les affermir et de les conforter : "(Il) rendra témoignage de moi" (Jn 15 ; 26, 27) ; ensuite dans un temps non précisé, mais défini par rapport à un niveau d'aptitude à la perception de la " vérité totale " ; lequel est dépendant de l'évolution de la capacité de compréhension de l'Eglise, et donc de la société dans laquelle celle-ci est active !

Dans la seconde, à propos du Jugement Dernier, l'imprécision du temps final du retour du Christ est totale ; celle-ci n'étant connue que du Père Lui-même : " Quant à ce jour ou à cette heure, nul n'en sait rien, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils ; il n'y a que le Père " (Mc 13 ; 32).
Pourquoi, alors que Jésus parle à ses apôtres de " l'unité parfaite " qu'il partage avec son Père (cf. Jn, 17 ; 23), et qu'il n'hésite pas à Le prier afin que " ... tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, ..." (Jn 17 ; 21), apporte-t-il ici l'exception d'un moment qu'il ne connaît pas et qui est d'autant plus important qu'il le concerne ainsi que toute l'humanité ?
Pour moi, l'explication la plus vraisemblable tient à ce qu'il s'agit là d'un domaine essentiellement réservé au Créateur en Personne, parce qu'il pourrait signifier la fin de la génération humaine ! Il s'en suivrait, en conséquence de l'infinie dimension de l'Etre jusque dans son Plan de partage, la nécessité de pourvoir à la création d'une nouvelle espèce pensante, au moins équivalente à celle de l'homme, mais avec tous les périls potentiellement générés par la tentation du refus de Son offre ! J'extrapole ici le contenu de ma démarche de sens ! C'est pourquoi je propose au lecteur patient et indulgent, d'en suivre le cheminement dans les chapitres qui suivent et d'y trouver, au dernier, l'explication et le commentaire final.

Les pages qui suivent sont forcément très synthétiques ! Toutefois, je m'efforce ici d'en livrer toute la dialectique ainsi que l'indispensable élan de foi ! J'espère que l'ensemble formera, à lui seul, un ouvrage succinct mais complet, et que l'essai précité, présenté en sous-titre en tant qu'un " Dialogue intérieur et critique sur le sens de la vie en général et de la foi chrétienne dans la religion catholique en particulier ", conservera toute sa valeur explicative ! J'envisage d'ailleurs de le rééditer comme tel.
Quant à cette synthèse, elle est à présent publiée sous ses titre et nom d'auteur par " TheBookEdition.com ". Elle peut sur ce site, être acquise en format papier ou en PDF.

Il est utile que je résume ici le contexte dans lequel j'ai écrit les versions successives de ce que je tiens pour une recherche innovante du sens de la vie pour l'homme, dans cette particularité qui le différencie des autres espèces sur terre ; en ce qu'il paraît définitivement le seul à en prendre conscience et à s'interroger sur ce sujet.
C'est en 1975, suite à une expérience spirituelle intense, qu'il m'est venu l'impression de pouvoir répondre aux nombreuses questions que je me posais et l'intuition que je devais la partager avec mes semblables qui en attendaient la communication ! Pris d'une sorte de fièvre, j'écrivis en cinq mois, un texte outrancier et présomptueux, mais dont l'envolée, à la fois naïve et généreuse, était à la (dé)mesure de l'exaltation ressentie !
Je ne tardai pas à passer pour un illuminé dans mon entourage familial et social, à l'exception de la réaction de ma tante carmélite qui m'encouragea ; tout en me recommandant de revoir mon texte, d'être patient et d'avoir foi en l'aboutissement de l'inspiration, pressentie d'origine divine, pour autant que je n'y misse point moi-même sciemment obstacle !
C'est ce que je fis dans les années qui suivirent, malgré les épreuves et les revers, dans le souvenir d'un moment magnifique qui m'avait comblé d'une joie indescriptible et le sentiment de devoir persévérer.
Toutefois, ce n'est qu'en 1988 que j'y parvins, après le décès de mon père et la découverte des carnets intimes de ma mère, décédée avant l'âge de mes deux ans, et qu'il avait conservés. J'eus aussi le sentiment d'un lien très fort qui m'unissait à elle, et du rôle qu'elle avait pu tenir dans mon aventure, au-delà de l'espace et du temps !
J'écrivis alors (Credo - Essai de spiritualité chrétienne), un ouvrage de taille car il comportait plus de 350 pages de format A4, qui fut remarqué lors d'un concours en 2002 !
A cette occasion, je fis la connaissance du Père Croisier Joseph Boly, professeur au collège Sainte-Croix et Notre Dame de Hannut (Belgique) et écrivain reconnu ; il accepta de m'aider de ses conseils et de préfacer l'essai cité en début de cette introduction.

Pour terminer celle-ci, je dois reconnaître que l'ensemble de mon itinéraire de sens est réputé difficile à comprendre, comme si - d'aucuns me l'ont dit - j'étais en quelque sorte en avance sur mon temps ! Il est vrai que j'aborde des thèmes ardus et que je propose des explications qui ne sont peut-être pas à la portée de chacun, mais qui me paraissent inédites et apporter un éclairage nouveau !
C'est à mon avis là où le bât blesse chez les ecclésiastiques auxquels j'ai remis mon essai, et qui - à l'exception du Père Boly - se sont bien abstenus de le commenter ou de le critiquer !
Comment en effet accepter qu'une personne sans aucune formation philosophique ou théologique, s'autorise à aborder des sujets réservés ou même dérangeants ; d'autant plus qu'il communie, alors qu'il est  " divorcé remarié ", même s'il estime ne pas l'avoir voulu et être plutôt victime ! 
 Il y a apparemment là quelque chose d'intolérable pour mon Eglise que j'aime et que je respecte ;  bien que je me fasse le relais au chapitre VI de questions posées par nombre de chrétiens  sincères.                                                                                                             

Qu'il me soit alors permis de reprendre ici ce que j'écrivais à la fin de l'essai de référence, à savoir que je crois avoir sincèrement défendu l'image de Jésus-Christ, Fils de Dieu, Homme et Rédempteur de l'Humanité, dans une approche contemporaine, à la fois logique et inspirée, et de rappeler les paroles de Saint Paul : " Personne ne parlant sous l'influence de l'Esprit de Dieu ne dit : Maudit soit Jésus et nul ne peut dire : Jésus est Seigneur, si ce n'est par l'Esprit-Saint " (1 Co 12 ; 3)                                                                                                                                      

Je crois fermement en la prière et en l'action de l'Esprit-Saint, Esprit de Vérité promis par le Christ, et qui nous conduira vers la " Vérité totale " !
A l'Exode, je préfère donc le Renouveau et je crois et j'espère que ce que j'écris a déjà toute sa signification et son importance dans " l'espace de sens " auquel j'ai, de mon vivant, partiellement accès en tant qu'origine, de même que tous les humains !
Je me surprends même à souhaiter que la prière commune proposée au dernier chapitre, soit si possible et s'il leur plaît, dès à présent ouverte aux Anges ainsi qu'à la communauté des Saints et des Bienheureux !

Encore un mot pour dire que je ressens aujourd'hui, dans la succession de mes textes en rapport avec l'expérience spirituelle précitée et au-delà des trente-cinq années écoulées, de 1975 à 2010, comme un fil conducteur intentionnel (sans que je n'aie jamais eu conscience de l'avoir initié), entre :
- le premier, de 1975, dont il me faut bien avouer ici le titre outrancier de " Au nom de l'Esprit ", révélateur en lui-même de l'exaltation ressentie ;
- le deuxième, déjà cité, " Credo " (Témoignage de foi d'un pécheur), de 2000 puis de 2002, (Essai de spiritualité chrétienne) ; très documenté (*) ;
- les deux versions du troisième, de 2004 et 2007, " Et le Verbe s'est fait chair  ... ! ;
- jusqu'à la présente synthèse, précédée en 2008, il est vrai, d'une première tentative intitulée " De la Raison à l'Amour de Dieu par la Foi et la Prière ".

Il me semble aujourd'hui que cette succession est révélatrice d'une progression guidée, avec mon entier consentement, dans l'aboutissement d'un relais se référant pour son explication aux textes qui le précèdent ! J'ai la conviction que, sauf corrections, il n'y en aura plus d'autre dans la même ligne inspiratrice !

 

(*) Je dois toutefois ajouter que j'ai revu ledit ouvrage et que je l'ai publié, toujours  sur TheBookEdition.com, sous le titre " LE FILS DE DIEU QUI DEVINT HOMME " en décembre 2012.

mlcrevecoeur@wanadoo.fr

Merci de bien vouloir excuser les erreurs éventuelles de mise en page.          A noter que la version publiée sur TBE en est exempte, est lisible sans frais, dans ses premières pages, et enfin peut être acquise en PDF pour un prix minime.

N'hésitez pas à m'envoyer vos questions ou avis par courriel ; j'essaierai toujours de vous répondre.

Si cet écrit vous interpelle et que vous estimez qu'il vaut la peine d'être lu, n'hésitez pas à le faire connaître.

J'ai ajouté en page d'accueil, les citations de la version sur TBE.

 

 

 

 

Léopold Coeur
Décembre 2012